Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

Images de la page d'accueil

Cliquez pour éditer
Retour
1940-1949

1940-1949

C’est la guerre ! La Saint Charles a beaucoup de difficultés. Cependant le patronage fonctionne toujours et malgré ses prisonniers, il va réussir à se maintenir au sommet du basket français.

storage?id=2365176&type=picture&secret=C709gjaCsab56kmKA5oSo09Ox55b2gxkri3kkZlr&timestamp=1652872395

Valentini, Blairon, Bolotny, Schwoebel, Montagu, Seve, Anton, Hivar

En 1941, la Saint Charles est finaliste du championnat de Paris des patronages, finale qu’elle perd d’un petit point, et est demifinaliste du championnat de Paris.

En 1942, la Saint Charles d’Alfortville atteint son apogée. En effet, puisqu’elle joue sa seule et unique finale de Championnat de France division excellence (première division) de la FFBB. Le match se déroule au stade de Coubertin face à l’équipe de l’U.S. Métro, champion de France en zone occupée depuis 1939. Après un match superbe, disputé avec acharnement, la SCA s’incline, à la grande déception des spectateurs qui en avaient fait leur favori. L’année suivante, en 1943, la Saint Charles finit troisième du Championnat de France division excellence de la FFBB après le départ de deux de ses joueurs pour l’Allemagne.

Au même moment, la Saint Charles remporte le Championnat de France de la FGSPF, championnat réunissant les patronages de France, en 1942, 1943 et 1944.

La Saint Charles est consacrée comme l’une des meilleures équipes du basket-ball français.

Seulement, si la première moitié de la décennie se déroule à merveille, l’après-guerre est plus compliqué. De nombreux joueurs partent, il ne reste que très peu d’anciens. C’est le début de la descente dans la hiérarchie du basket-ball pour la Saint Charles d’Alfortville.

En 1947, c’est l’apparition de la première équipe féminine à la Saint Charles. Et l’année suivante, le 21 mars 1948, c’est le dernier match qui se joue sur le terrain du patronage, rue Jules Cuillerier à Alfortville. En effet, la SCA émigre sur le terrain de la rue Louis Blanc. C’est une page qui se tourne, le patronage s’éloigne de l’église Notre-Dame d’Alfortville.

storage?id=2365179&type=picture&secret=JHpL3p6TjHimk6iAcISAV5eREyhlC8gdCVbuJ7jR&timestamp=1652872628

1947-1948
L’équipe féminine de la Saint Charles Chevalier

B., Girard C., Jouve J., Delmarle J., Neury O., Baume H.

storage?id=2365182&type=picture&secret=gZqyV85x8vIciPv96kLTzss9KVfiLpn4b6cLGzyW&timestamp=1652872733

1941 - Paris-Midi
Programme du Critérium de Paris

Henri « grand Jules » Bolotny
Henri Bolotny, que tout le monde appelait « Jules » ou le « grand Jules » était l’enfant chéri du public, des gradins. Il reprend l’école de basket-ball de l’Union Sportive des Gaziers de Banlieue en 1948 où il est l’entraîneur, notamment de son fils, Claude Bolotny. Henri est l’un des meilleurs joueurs français d’avant-guerre, joueur international. Peu de temps après la finale de 1942, il est déporté en Allemagne d’où il revient avec une jambe en moins. A son retour, plusieurs soirées de solidarité sont organisées par le basket parisien en son honneur qui permettent de lui offrir un jambe artificielle.
Dimanche 3 mai 1942
La Saint Charles d’Alfortville est en finale du Championnat de France de la FFBB en zone occupée pour la première fois de son histoire. En fin d’après-midi, à 16H30, elle affronte l’US Metro devant 6000 spectateurs au mythique stade de Coubertin à Paris. Leurs deux dernières confrontations ont donné lieu à un match nul : une victoire partout. La première fois, les Alfortvillais arrache la décision, tandis que la seconde, les « Métropolitains », réalisant leur meilleure sortie de la saison, dominent nettement le « Patro ». C’est donc une « belle », dont l’importance est grande puisque le vainqueur sera sacré Champion de France 1942 de la FFBB. Après un match superbe disputé avec acharnement, la Saint Charles s’incline. Bolotny, Schwoebel, Vincentini, Anton, Sève et leur remplaçant Blairon terminent vice-champion de France.
Consultez également
EDITO

EDITO

Avec un tel passé, la Saint Charles est à n’en pas douter, un club particulier. Son histoire est...

14 mai 2022
1920-1929

1920-1929

La Saint Charles alors sous le nom de Société de Gymnastique, Tir et Sports« Saint Charles » est...

13 mai 2022
1930-1939

1930-1939

Dans les années trente, la Saint Charles d’Alfortville devient une place forte du basket...

12 mai 2022
1940-1949

1940-1949

C’est la guerre ! La Saint Charles a beaucoup de difficultés. Cependant le patronage fonctionne...

11 mai 2022
1950-1959

1950-1959

Les années cinquante sont le début d’une remontée progressive vers l’élite avec une équipe qui...

10 mai 2022
1960-1969

1960-1969

En rentrant d’un tournoi à Hennezel dans les Vosges, le 18 avril 1960, la Saint Charles...

9 mai 2022